Créer un site internet

libertedetre

  • Témoignage instruction en famille

    Je partage avec vous mon témoignage concernant l'instruction en famille (cliquer pour aller sur la page dédiée de mon site) que je pratique depuis 5 ans avec mes deux enfants de 6 et 11 ans.
    C'est ma petite goutte de colibri en vue d'éteindre l'incendie... (Pour ceux qui ne savent pas, Macron menace d'interdire l'école à la maison.)
    Merci de lire et de vous poser des questions !
    Je réponds d'ailleurs volontiers si vous avez envie de m'en poser.

     


    Nous avons choisi l'instruction en famille (IEF) depuis 5 ans. Mon aîné, Nils, 11 ans, a mal vécu ses 3 années de maternelle. Il était hypersensible et vivait énormément de colère, d'injustice et de pression à l'école, ce qui le rongeait de l'intérieur. Très bon élève, il s'ennuyait souvent et avait malgré tout peur de l'échec. Quand son petit frère, Thilo, a eu un an, Nils devait entrer en CP. Notre famille a fait le choix de l'IEF à ce moment-là pour pouvoir continuer à s'occuper de Thilo tout en offrant à Nils un environnement particulièrement adapté à lui, où il pouvait retrouver sécurité et paix intérieure.
    Au bout de 5 ans, je peux dire que cet objectif est largement atteint. Nils est très bien dans sa peau, rayonnant, intéressé, motivé, à l'aise avec toutes les tranches d'âge. Il peut s'adonner librement aux activités qui le passionnent et approfondir les connaissances dans ces domaines. Il devient "expert" de tout ce qu'il entreprend car il a la liberté et le temps de s'y consacrer. En même temps, il apprend les matières scolaires en les reliant à quelque chose de concret et d'utile. Il apprend à apprendre de manière autonome. Il apprend la confiance en lui qui lui permet de savoir qu'il peut apprendre tout ce qu'il décide d'apprendre.


    Nous sommes libres au niveau des horaires et du rythme. Nous sommes libres géographiquement. Nous sommes libres de vivre la vie qui nous correspond. C'est une joie renouvelée quotidiennement.
    Au niveau social, nous n'avons jamais été autant entouré. Nous connaissons beaucoup de familles qui pratiquent l'IEF. Internet nous offre la chance d'avoir facilement accès au réseau IEF et de nous regrouper régulièrement pour des sorties en extérieur ou des activités diverses. Les enfants ont le temps et le choix de passer du temps ensemble. Ils choisissent leurs amis et leurs activités selon leurs besoins et leurs envies.


    En tant que mère, cette vie me comble totalement et je suis persuadée des bienfaits pour les enfants. Nous vivons la socialisation au jour le jour, en famille, car nous vivons ensemble et mettons des outils en œuvre pour que chacun puisse prendre sa place et vivre ce qu'il a à vivre. C'est un exercice très constructif pratiqué en permanence. Je suis heureuse de vivre cela avec mes enfants.
    De plus, ils sont au contact direct avec la vie concrète. Ils participent à toutes les tâches de la vie (courses, cuisine, ménage, organisation, projets, etc.). Ils sont partie prenante dans les décisions collectives. Ils rencontrent des personnes sans arrêt et partout. Ils voyagent, passent beaucoup de temps en extérieur. Ils sont déjà auteurs de leur vie.

    Je souhaite évidemment continuer à vivre ma vie ainsi. Les enfants n'ont aucune envie d'aller à l'école. Nous aimons cette vie souple, libre, pleine de surprises, adaptée et adaptable.

    Je précise que je continue à travailler et que le père des enfants aussi. Nous alternons les temps de travail pour pouvoir nous consacrer entièrement aux enfants quand nous sommes avec eux. C'est un équilibre à créer et à réajuster fréquemment, selon les besoins de chacun. Une compétence qui me semble essentielle pour la vie.

    Je souhaite que beaucoup de personnes puissent se mobiliser pour maintenir le droit à l'instruction en famille, qu'elles la pratiquent ou non. C'est un droit fondamental.
    En Allemagne, celui qui a interdit l'IEF est Hitler. Je doute que ce soit le bon chemin à prendre...
    La question de l'extrémisme religieux existe partout. A ma connaissance, tous les terroristes sont allés à l'école républicaine... Alors je ne vois pas en quoi interdire à 50 000 enfants (0,07% de la population) de vivre en IEF pourrait empêcher des dérives extrémistes.
    En revanche, l'état a déjà de la visibilité sur les familles IEF, car celles-ci sont rencontrées tous les ans par le Directeur Académique des Services de l'Education Nationale - qui vérifie que l'enfant reçoit bel et bien une instruction - et tous les 2 ans par la Mairie - qui vérifie le bien-être de l'enfant au sein de sa famille et de sa communauté.
    Ces rendez-vous sont censés protéger justement les éventuelles dérives qui pourraient exister, comme dans tous les domaines. Cela me semble être un bon outil en ce sens. Là se situe à mon avis le travail et la responsabilité d'un Etat qui maintient la liberté de ses citoyens tout en ayant la possibilité de poser de saines limites en vue du bien commun.

    Je vous remercie de m'avoir lue et de vous faire votre propre opinion sur la question, voire de vous mettre en action à votre manière si vous en sentez l'élan.

    Que vive la LIBERTÉ !!!

     

    Si vous avez envie de soutenir ces familles qui oeuvrent pour la liberté, vous pouvez signer la pétition suivante :

    https://www.mesopinions.com/petition/enfants/maintien-droits-instruction-famille/107871

     

    Pétition pour le droit à l'IEF

    Lire la suite

  • Gym féline

    Le cours de Gym féline a été créé pour vous aider à habiter pleinement votre corps. Il vous fait vivre des mouvements, des étirements et des postures tout en vous invitant à mettre votre attention à l'intérieur du corps.

    C'est en apprenant la danse et la kiné simultanément, puis en exerçant les deux, que j'ai développé un travail alliant grâce, conscience et santé. Il est accessible à tous et bénéfique pour tous. Il favorise l'exploration profonde de l'anatomie pour réveiller la sensation de volume et la conscience du mouvement. Vous rencontrerez vos articulations et vos muscles par le ressenti intérieur.

    Ce travail permet de créer de l'espace dans le corps en développant une écoute fine qui permette d'aller aux limites anatomiques sans se blesser. Au contraire, le corps se réjouit d'être utilisé à son plein potentiel et de se libérer un peu plus à chaque séance.

    DOUCEUR, LENTEUR et SAVEUR sont les maîtres mots de la Gym féline...

    à la manière du chat qui s'étire...

    Plutôt que de pousser son corps à atteindre un but, il s'agit de l'écouter, de dialoguer avec lui, de l'accompagner et de l'aimer tel qu'il est. Cette nouvelle relation peut alors s'installer tout naturellement dans votre vie.

     

    Cliquez ici pour écouter la chanson que j'ai créée, en lien avec l'énergie de la Gym féline : "It's only love"

  • Tout est là pour l'amour

    (Voir ma vidéo de la chanson "Shores of Avalon" en bas de page.)

    Le changement est incessant. J'arrête de résister. C'est trop d'effort. Je suis fatiguée. J'accepte de couler avec la vie. J'accepte de laisser la vie couler. Je fais un avec elle. Je suis la vie. Je suis tout. Je suis connectée. Les choses m'entourent et me guident. Mon corps m'embrasse et me guide. Il sait. Je le sais. Nous savons. Tout le monde sait. Qui veut le voir ? Moi. Je vois la structure sous-jacente. A travers toi, je te vois. Au-delà de nos réactions, je nous vois. Beaux, simples, portés. Nous sommes tant. Nous sommes tellement plus.

    Je vis pour vivre. Je vis pour le plaisir. Je vis pour l'extase. Je ne vis pas pour te plaire ni pour appliquer ce qu'on m'a appris. Je vis pour être moi. Nue, vulnérable, vraie. Parfaitement imparfaite. Je vis pour aimer et être amour. Je vis pour toi, je vis pour moi, je vis pour les arbres, je vis pour le papillon. Une seule et même chose. UNE.

    Et derrière ce changement incessant, il y a l'immuable. Toujours là, invariable. Toujours là, impalpable. Mon âme veut incarner l'amour sur cette Terre. Depuis toujours. Toujours plus. L'amour que je suis, l'amour que nous sommes. Tous, sans exception. Toutes mes actions se résument à une seule. Permanente, incessante. L'action d'amplifier l'amour dans ce monde. Réveiller l'amour, révéler l'amour, rappeler l'amour, revenir à l'amour, être amour. C'est tout. Rien de plus. Il n'y a rien de plus beau, rien de plus rude. Rien de plus doux, rien de plus ardu. Rien de plus léger, rien de plus intense. Rien de plus libre, rien de plus contraignant. Il n'y a rien de plus que l'amour. La seule mesure, pour l'amour, c'est la démesure. Aimer démesurément. La seule chose que j'aie à faire. Aimer les paradoxes. Aimer ne pas savoir. Aimer l'inconnu. Aimer le changement. Aimer tout ce que nous sommes.

    Aimer l'Homme qui s'épuise à vivre. Aimer l'Humanité et son besoin de combattre. Aimer la lutte inutile. Aimer l'insupportable. Aimer l'impardonnable. Aimer l'inacceptable. Lâcher les armes. L'amour est la plus grande puissance qui soit. L'amour a de multiples facettes. En prenant leur source dans l'amour, nos comportements sont libérateurs. Tout est inclus. Tout est là pour l'amour.

    Lire la suite

  • Sois le changement

    Photo prise par Simonanda Soundhealing à Glastonbury Tor

    Tu peux écouter mon coeur chanter sur soundcloud.

     

    Le changement, c'est quoi ? Le changement, c'est qui ? Le changement, c'est quand ? Le changement, c'est MAINTENANT !!! Eh oui, même si cette formule a perdu de sa crédibilité... c'est bien maintenant que ça se passe.

    C'est maintenant, c'est nous tous, c'est tous nos élans du coeur.

    Pourquoi on attend ? Pourquoi on repousse ? Pourquoi on se sent impuissant ? Pourquoi on croit que c'est les autres ? Parce qu'on a PEUR.

    Peur, oui. Peur d'être différent. Peur d'être critiqué. Peur d'échouer. Peur d'être rejeté. Peur de se tromper. Peur d'avoir tort. Peur d'être insignifiant. Peur de manquer d'argent. Peur d'avoir faim. Peur d'être à la rue. Peur d'être isolé. Peur d'avoir froid. Peur d'être agressé.

    Bref, en résumé, il y a la peur de souffrir et celle de mourir. Mais avez-vous déjà remarqué que toutes ces peurs ne nous protègent ni de la souffrance, ni de la mort ? Oui, concrètement, en faisant tout "comme il faut", on a l'impression de se mettre à l'abri et de se protéger. Et pourtant... derrière cette illusion... qu'est-ce qui est vrai ? La vérité, c'est que personne, peu importe sa vie, sa situation et la soi-disante protection qu'il met en place, n'est à l'abri de la VIE. Parce que la vie, c'est elle qui choisit. On le sait tous. Untel a été renversé par un bus, unetelle a un cancer, untel a eu un arrêt cardiaque, unetelle a eu un accident de voiture, untel a une maladie incurable, etc. Vous connaissez, n'est-ce pas ?

    Alors, si on se résout à faire la paix avec la mort, que fait-on de la souffrance ?

    Pour y répondre, je vous pose encore une question : Quelle est la plus grande souffrance que nous vivons en tant qu'être humain ?

    On peut parler de douleur physique. Il existe pourtant beaucoup de témoignages de personnes qui ont vécu la douleur, la torture, l'insupportable, et qui ont réussi à traverser cette épreuve. Je vous laisse y réfléchir ou vous renseigner.

    En réalité, la pire souffrance pour un être humain, celle qui donne l'élan d'en finir avec la vie car elle n'a plus aucun sens,

    c'est la CROYANCE DE NE PAS ÊTRE AIMÉ.

    Prenez deux secondes, trois grandes respirations, fermez les yeux et allez sentir dans vos cellules, dans vos organes. Voyez-vous défiler tous ces visages qui vous donnent cette sensation intérieure hyper agréable : celle d'être aimé ? Si vous prenez un peu plus de temps, êtes vous prêt à imaginer la souffrance de perdre cet amour-là ? Sans ces personnes qui vous sont chères, que reste-t-il de vous ?

    Voilà, nous y sommes. C'est la peur de la souffrance de ne pas être aimé qui a le pouvoir de nous enfermer dans des schémas et des comportements qui ne nous ressemblent pas. Oui, vous savez de quoi je parle. Les fois où vous dites oui pour ne pas déplaire, les fois où vous souriez pendant des heures alors que vous avez envie d'être ailleurs, les fois où vous vous forcez à faire quelque chose que vous détestez, les fois où vous approuvez poliment alors que vous n'êtes pas du tout d'accord, les fois où vous vous levez le matin alors que tout ce que vous avez à faire vous déplaît... et par conséquent, les fois où vous êtes de mauvaise humeur, les fois où vous enragez, les fois où vous pensez et dites du mal, les fois où vous vous auto-sabotez...

    Attention, pas d'inquiétude, cela nous concerne TOUS sans aucune exception. C'est normal, c'est ce qu'on nous a appris, et pour la plupart on nous a même appris que si nous ne nous efforçons pas à faire "comme il faut", nous n'aurons pas droit à notre part d'amour. Ca vous parle ?

    Or, l'Amour existe en permanence et en abondance. L'Amour est partout. L'Amour est la source de tout. Nous sommes tous Amour. Et il est temps de s'en souvenir. Car l'Amour, ce n'est pas à l'extérieur qu'on le trouve, mais en soi. L'Amour, c'est le regard que l'on porte sur soi et le monde. L'Amour, c'est l'accueil de ce qui est.

    La vraie question de cet article est :

    ES-TU PRÊT(E) À TE LIBÉRER DE TES PEURS POUR PERMETTRE LE CHANGEMENT ?

    Je voudrais préciser une chose, c'est que tout changement que chacun d'entre nous fait en soi, impacte le monde indubitablement.

    Vous ne me croyez pas ? Tentez-le, et vous verrez. Je vous en prie, écrivez-moi si vous ne le voyez pas. Cela m'intéresse grandement. Sachez que chaque personne que vous croisez risque d'être inspirée par ce que vous incarnez. Vous remarquerez que les personnes que vous avez l'habitude de côtoyer ne réagiront plus de la même manière. Vous commencerez à voir des choses en eux que vous ne soupçonniez pas auparavant. Vous apprendrez que certaines personnes font des choix similaires autour de vous. Vous rencontrerez de nouvelles personnes qui vous inspireront.

    Qui se lance ? Qui ose ?

    Oui, ça demande du courage. Parfois, oui. Mais... ça ne vous demande pas du courage, de continuer à vivre d'une manière qui ne vous permet pas d'exprimer entièrement qui vous êtes ? Personnellement, cela me demande moins de courage d'oser être moi que de rester dans quelque chose qui me freine et m'enferme. Il faut vraiment du courage pour accepter ce qui ne correspond pas à sa vérité personnelle. C'est à vous de voir. C'est vous qui savez.

    Contrairement à ce qui se dit, nous sommes TRÈS nombreux à incarner ce changement, beaucoup plus nombreux que ce que vous imaginez. Plus vous ouvrirez votre coeur, plus vous vous rendrez compte de cela. On peut d'abord avoir l'impression de s'isoler, puis on découvre qu'une grande famille nous attend.

    Je redemande : ES-TU PRÊT ???

    Oui ! Mais comment ?

    OSER REGARDER SES PEURS, OSER REGARDER SES OMBRES, S'AIMER TEL QUE L'ON EST.

    Oui. Mais comment ?

    En allant poser les questions tout au fond de ton coeur et de tes tripes, et en osant écouter les réponses. Tes pas se feront tous seuls, sous tes yeux, parce que tu sauras. Sur ta route, tu croiseras les personnes qui t'apporteront exactement ce dont tu as besoin. Tu suivras ta propre vérité. Tu écouteras ta propre sagesse. Tu verras la beauté inaltérable de ton être. Tu sentiras que tu es connecté à tout. Tu observeras que la vie te porte. Tu ouvriras ton coeur à tout ce que le monde t'offre, agréable ou désagréable, comme autant d'occasions de prendre conscience, de te libérer et d'aimer.

    Tu l'auras compris, le plus grand pouvoir que nous ayons à disposition, c'est l'AMOUR. Servons-nous-en ! Si chacun d'entre nous, du mieux qu'il peut, quand il le peut, se libère de ses peurs, de ses schémas et de ses croyances, alors croyez-moi, ça va faire des vagues ! N'oublie pas qu'une seule personne peut contaminer des dizaines, des centaines, voire des milliers de personnes ! C'est motivant, non ?

    Merci de garder espoir, merci de te souvenir que tu comptes, merci d'avoir confiance dans l'humain, dans la vie et dans la Terre, merci d'avoir le courage d'oser être toi.

    Chaque être est unique. Toi, qui me lis, tu n'as jamais existé auparavant et tu n'existeras jamais plus. Tu es précieux. Le monde a vraiment besoin de toi. C'est ensemble que nous créons le puzzle. Chacun sa fréquence, chacun son rôle, chacun sa part de vérité, chacun sa sagesse.

    Je me réjouis déjà de rencontrer ta belle lumière, ici ou là. L'élan profond de mon être, c'est de révéler et d'amplifier la lumière que tu es. Simplement parce que ce sont ces moments-là qui font chanter mon coeur. Et c'est si bon...

     

    Emanuela Carl, Prêtresse du nouveau monde

    Lire la suite

  • Prêtresses francophones (facebook)

    Ce groupe existe pour toutes celles qui sont prêtresses du nouveau monde, celles qui s'y préparent et celles qui sentent l'appel à incarner l'Amour!

    Il a pour but de nous rassembler pour incarner et amplifier les principes de la sororité et ainsi permettre à toutes les sœurs de :
    - baigner dans le chaudron alchimique
    - se soutenir
    - s'aimer
    - s'inspirer
    - se souvenir
    - recevoir la médecine unique de chacune
    - co-créer et co-animer

    Nous pourrons mettre en commun nos médecines, nos couleurs, nos idées, nos offres, nos lieux, nos réseaux, nos ressources, nos sagesses, nos envies, etc.

    Mes sœurs, il est temps de nous réunir pour asseoir notre présence, en nous et autour de nous, pour marcher dans ce monde comme un seul et même mouvement, celui de l'Amour inconditionnel.
    Il est temps de partager cela au plus grand nombre en transmettant pleinement notre fréquence et grâce à nos mains de lumière.
    Il est temps de nous unir pour amplifier notre souveraineté et recevoir les codes de lumière.

    Merci pour votre précieuse présence!

    De l'Amour, rien que de l'Amour

    Demander à rejoindre le groupe

  • Le timing est parfait

    (voir la vidéo du chant médecine de la tortue, ci-après)

    La tortue n'est pas lente. Elle prend son temps. Elle prend le temps qu'il faut. Elle avance sûrement. Elle sait où elle va. Elle sait qu'elle y va. Elle a confiance.

    La tortue n'a rien à prouver. Elle fait avec ce qu'elle a. Elle fait avec ce qu'elle est. Elle est.

    La tortue est sereine. Elle se sent protégée. Sa vulnérabilité est évidente. Elle n'a rien à cacher. Elle se présente telle qu'elle est. Elle est présente.

     

    Après quoi cours-tu, toi? Pourquoi te dépêches-tu? Penses-tu arriver plus vite? Où veux-tu aller?

    Pose-toi là, deux minutes, à côté de moi. Oui, pose-toi. Là. Voilà. C'est pas bon, ça? C'est pas beau, ça? De quoi? Et bien, ça, là, tout ça, tout ce qui t'entoure. Regarde un peu. Oui, regarde. Regarde vraiment. Avec des yeux neufs. Avec des yeux malicieux. Vois-tu? Oui, ça donne envie de sourire. Souris-tu? Oui, ça donne envie de rire! Ris-tu? Et puis ça donne envie d'aimer. Aimes-tu? Tout cela, le monde, la Terre, les arbres, les barrières, les humains, les choses, les vents, les barrages, les ânes, les rivières, les arcs-en-ciel, les feuilles, les vers, les mots, les non... Tu les aimes? Est-ce que tu les aimes avec tes yeux? Est-ce que tu les aimes avec tes pieds? Avec ton estomac? Avec tes ongles? Est-ce que tes cellules les aiment? Regarde... Sens! Est-ce que tu dis oui à TOUT sentir? Est-ce que tu dis OUI? Est-ce que tu dis oui...

    Lentement mais sûrement

    ça prend le temps

    le temps que ça prend

    j'apprends

    attends

    entends

    comprends.

    C'est prenant, c'est marrant, c'est usant, c'est bouleversant.

    Et ça l'est tant!

    Le feu est ardent. On est dedans. Brûlant, tranchant, éclairant, transmutant.

    Quand verras-tu? Quand seras-tu?

    Ralentis. Reviens à l'intérieur. Chut! Silence, ça parle. Ton coeur qui bat. Patience, tu discerneras.

     

    Lire la suite

  • Quand un chant de l'âme me traverse

    Pour permettre à un chant de l'âme de me traverser, je lui dis oui de tout mon être. Je me rends disponible aux sensations. Je me pose. Je laisse mes pensées me quitter et je m'asseois au creux de mon coeur. Je me mets en état de réception et j'accueille en moi ce qui est là.

    Intérieurement, je demande à être connectée à une personne de mon choix. Je ressens.

    Quand mon souffle fait vibrer ma voix, c'est parti. Je laisse faire. J'observe ce qui se passe dans mon corps. Je vois des formes, des couleurs, des images. Ma voix dessine cela dans l'espace. Elle rend audible cette matière invisible et elle interagit avec elle. Le fait d'exprimer ce que je perçois crée du mouvement. Ca se transforme. Je suis les variations, je chante les mouvements, je vibre les couleurs, je laisse les paroles couler. Je me mets à disposition. Je traduis.

    Quand on écoute son chant de l'âme avec toutes ses cellules, on reçoit le câlin d'une mère. Une mère qui voit son enfant tel qu'il est, qui l'aime sans condition et lui transmet des messages essentiels. Une mère qui entoure, qui soutient et qui élève. Une mère qui libère de ce qui n'est pas amour.

    Une mère qui donne l'autorisation absolue d'être soi.

    Lire la suite

  • Fluidité

    J'invoque la fluidité dans ma vie.

    Quand les évènements paraissent contradictoires, quand je vois principalement les obstacles, quand je perds confiance dans l'abondance...

    Je regarde... en moi...

    Je sens... les parties de mon corps qui disent : "Non! Ca devrait être autrement!" Celles qui disent : "Je devrais mieux faire." Celles qui se taisent, qui ont peur de s'exprimer...

    Je regarde... en moi...

    J'entends... mes pensées. Celles qui croient à des concepts, celles qui s'attachent à des schémas, celle qui prétendent que je ne n'aurai pas ce qui me convient.

    J'écoute. J'écoute. Et je chante.

    Les yeux fermés, je regarde le film qui se déroule devant moi. Celui qui me déplaît aujourd'hui. Celui que j'ai créé.

    Je vois. Je chante.

    Je sens. Je ris. C'est beau.

    C'est beau parce que c'est moi. Le film, le scénario, les personnages... Je me reconnais.

    Je ris. Tout tombe. Tout s'écroule.

    Reste... la joie et la fluidité.

    Que demander de plus? Tout est déjà là.

    Alors... je choisis de tisser ma vie telle que je la rêve... et non telle que je la crains.

    Dans la joie, je rêve. Dans l'amour, je tisse. Dans la fluidité, je vis.

    Lire la suite

  • A nos enfants intérieurs...

    Une petite berceuse à tous nos enfants intérieurs... à ceux qui sont blessés, et à ceux qui sont innocents... et divins!

     
    Nous avons tous en nous cet enfant que nous étions au tout début. Cet enfant plein de vie, curieux, confiant, inspiré, joyeux et créatif.
    Nous avons tous en nous l'enfant qui, par la suite, a été blessé par la vie. Celui-là a eu peur de perdre l'amour de ses proches. Il a créé une "monnaie d'échange" pour gagner l'amour. Certains d'entre nous se sont efforcés d'être sages, d'autres serviables, d'autres forts, d'autres joyeux, gentils, agréables, intelligents, efficaces, beaux, etc. A vous de trouver le mot d'ordre de votre enfant blessé! Et de mesurer les conséquences gigantesques dans votre vie...
     
    Est-ce que je laisse l'enfant innocent en moi me dicter ma conduite? Est-ce que je lui permets de s'exprimer?
     
    Souvent, ce sont les voix dans notre tête qui prennent le dessus : "Tu vas être ridicule." "Ca ne se fait pas." "La honte!" "Qu'est-ce qu'on va penser de toi?" "Tu ne sais pas faire." "Les autres savent bien mieux faire que toi." "Quelle drôle d'idée." "Tu as des choses plus importantes à faire." "Tu feras ça quand tu auras fait tout ce que tu as à faire." "C'est une perte de temps." etc. la liste est longue! Je vous laisse écouter ce que vous disent vos voix. Toutes ces voix nous demandent de garder le contrôle. Mais contrôler quoi? Et selon quels critères? Aux dépens de notre authenticité! Est-ce vraiment cela que nous voulons?
    En réalité, ces élans que nous freinons véhiculent l'essentiel. Ce sont ces élans qui font que chacun d'entre nous est lui-même, que nous sommes tous uniques et singuliers. Et ce sont ces élans qui nous font vivre la joie!!! La joie de faire ce que, depuis toujours, nous adorons faire! Et loin d'être une perte de temps, c'est bien en suivant notre joie que nous prenons le chemin direct vers l'épanouissement de notre être. Qu'en pensez-vous? Ca vous dit?
     

    Réveillons notre plein potentiel en suivant notre joie!!!

    Parce que finalement, la seule raison de vivre, c'est de S'AMUSER !!!

    Et vous, qu'est-ce qui vous amuse le plus?
    Quel est le dragon qui garde férocement la porte de l'amusement incontrôlé? Celui qui vous empêche de laisser votre enfant intérieur s'éclater librement?

     

    J'ai eu l'élan de me laisser improviser une berceuse (vidéo ci-après). Ecoutez-là en vous connectant à vos enfants intérieurs et recevez les messages.

    A tous nos enfants intérieurs blessés :

    Puissent-t-ils trouver du réconfort, des ressources et de l'amour pour apaiser leurs blessures. Puissent-ils se souvenir de la beauté de leur âme et de l'Amour qu'il sont. Puissent-ils pardonner aux autres et à eux-mêmes. Puissent-ils aimer et recevoir l'amour pleinement.

    A tous nos enfants innocents :

    Puissent-ils avoir la confiance et la force de s'exprimer haut et fort pour reprendre leur place. Puissent-ils rayonner librement. Puissent-ils répandre l'amour de la manière qui leur apporte le plus de joie. Puissent-ils vivre tels qu'ils sont, sans aucune compétition. Puissent-ils être et nous rendre heureux.

    Que les dauphins de l'arc-en-ciel vous guident sur le chemin de l'innocence.

     

    Lire la suite

  • Sagesse de mes mains ce matin...

    Issu du programme "Mon corps - mon trésor" dans le groupe de femmes facebook "Emanuela Carl - Vivez! Osez! le féminin sacré"

    (cliquez pour nous rejoindre!)


    Les mains et l'air

    Si la paume de mes mains reçoit sensations et cadeaux de la vie,
    le dos de mes mains, lui, a une autre sensibilité.
    Il est ma couverture, en lien avec en haut.
    C'est le bout de mes bras, il crée l'envergure.
    Avec lui, je m'envole.
    Avec lui, je prends l'espace.
    Je suis à ma place.
    Je plane, je vogue.
    Je me laisse emporter par le courant de la vie.
    Je vais où le vent me mène et prends le temps pour y aller.
    "Si tu veux aller vite, prends ton temps."
    Je peux être partout.
    Je suis en lien avec tout et tous.
    Je suis libre.

    (Emanuela Carl)