Créer un site internet

improchantee

  • Douceur de soi à soi

    S'offrir de la douceur... de la douceur... encore de la douceur...

    A soi, rien qu'à soi, rien que pour soi...

    Un temps pour soi, où rien d'autre ne compte que ce qui est là dans l'instant.

    Un temps où tout est observé sans jugement, même ses propres jugements.

    Un temps où tout est accueilli, comme on accueille un enfant pour le réconforter.

    Un temps qui passe, où tout passe, sauf l'essentiel.

    Un temps qui vit et se nourrit de vide.

    Un temps qui meurt et laisse-aller ce qui appartient au passé.

    Un temps qui crée un espace ami avec l'inconnu.

    Un temps qui laisse exister les désirs les plus subtils.

    Un temps qui crée dans l'invisible ce qui demain sera visible.

     

    Ce temps est venu. C'est maintenant. C'est ici.

    C'est partout. C'est tout le temps.

    Plus mon coeur s'ouvre, plus je perçois la douceur.

    Plus je perçois la douceur, plus je la vois.

    Plus je vois la douceur, plus je la renvois.

    Plus je renvoie la douceur, plus je la sens.

    Plus je sens la douceur, plus je la reçois.

    Plus je reçois la douceur, plus mon coeur s'ouvre.

     

    Et là... tout n'est plus que douceur. Non, la vie n'est pas dure.

    C'est la résistance à la douceur, qui est dure.

    C'est le manque de douceur, qui est dur.

    Il n'y a personne qui puisse nous donner la douceur que nous nous refusons.

    C'est un cadeau... de soi... à soi... renouvelable à l'infini !

    Que le monde est doux quand on est doux avec soi-même.

    Finie l'impuissance, c'est l'ouverture à l'infini des possibles.

    Nourris de douceur, nous sommes capables de répondre aux situations...

    Nourris de douceur, nous répondons avec le coeur.

    Et ce qui peut être fait, se fait.

     

    Si le coeur vous en dit, cette musique peut vous accompagner sur le chemin de la douceur. Je vous laisse l'écouter, la ré-écouter, pour reconnaître et amplifier la douceur en vous. Bon voyage au pays de l'amour inconditionnel.

     

    Le monde vous dit merci. Il a besoin de chacun d'entre nous.

    Lire la suite

  • Sois le changement

    Photo prise par Simonanda Soundhealing à Glastonbury Tor

    Tu peux écouter mon coeur chanter sur soundcloud.

     

    Le changement, c'est quoi ? Le changement, c'est qui ? Le changement, c'est quand ? Le changement, c'est MAINTENANT !!! Eh oui, même si cette formule a perdu de sa crédibilité... c'est bien maintenant que ça se passe.

    C'est maintenant, c'est nous tous, c'est tous nos élans du coeur.

    Pourquoi on attend ? Pourquoi on repousse ? Pourquoi on se sent impuissant ? Pourquoi on croit que c'est les autres ? Parce qu'on a PEUR.

    Peur, oui. Peur d'être différent. Peur d'être critiqué. Peur d'échouer. Peur d'être rejeté. Peur de se tromper. Peur d'avoir tort. Peur d'être insignifiant. Peur de manquer d'argent. Peur d'avoir faim. Peur d'être à la rue. Peur d'être isolé. Peur d'avoir froid. Peur d'être agressé.

    Bref, en résumé, il y a la peur de souffrir et celle de mourir. Mais avez-vous déjà remarqué que toutes ces peurs ne nous protègent ni de la souffrance, ni de la mort ? Oui, concrètement, en faisant tout "comme il faut", on a l'impression de se mettre à l'abri et de se protéger. Et pourtant... derrière cette illusion... qu'est-ce qui est vrai ? La vérité, c'est que personne, peu importe sa vie, sa situation et la soi-disante protection qu'il met en place, n'est à l'abri de la VIE. Parce que la vie, c'est elle qui choisit. On le sait tous. Untel a été renversé par un bus, unetelle a un cancer, untel a eu un arrêt cardiaque, unetelle a eu un accident de voiture, untel a une maladie incurable, etc. Vous connaissez, n'est-ce pas ?

    Alors, si on se résout à faire la paix avec la mort, que fait-on de la souffrance ?

    Pour y répondre, je vous pose encore une question : Quelle est la plus grande souffrance que nous vivons en tant qu'être humain ?

    On peut parler de douleur physique. Il existe pourtant beaucoup de témoignages de personnes qui ont vécu la douleur, la torture, l'insupportable, et qui ont réussi à traverser cette épreuve. Je vous laisse y réfléchir ou vous renseigner.

    En réalité, la pire souffrance pour un être humain, celle qui donne l'élan d'en finir avec la vie car elle n'a plus aucun sens,

    c'est la CROYANCE DE NE PAS ÊTRE AIMÉ.

    Prenez deux secondes, trois grandes respirations, fermez les yeux et allez sentir dans vos cellules, dans vos organes. Voyez-vous défiler tous ces visages qui vous donnent cette sensation intérieure hyper agréable : celle d'être aimé ? Si vous prenez un peu plus de temps, êtes vous prêt à imaginer la souffrance de perdre cet amour-là ? Sans ces personnes qui vous sont chères, que reste-t-il de vous ?

    Voilà, nous y sommes. C'est la peur de la souffrance de ne pas être aimé qui a le pouvoir de nous enfermer dans des schémas et des comportements qui ne nous ressemblent pas. Oui, vous savez de quoi je parle. Les fois où vous dites oui pour ne pas déplaire, les fois où vous souriez pendant des heures alors que vous avez envie d'être ailleurs, les fois où vous vous forcez à faire quelque chose que vous détestez, les fois où vous approuvez poliment alors que vous n'êtes pas du tout d'accord, les fois où vous vous levez le matin alors que tout ce que vous avez à faire vous déplaît... et par conséquent, les fois où vous êtes de mauvaise humeur, les fois où vous enragez, les fois où vous pensez et dites du mal, les fois où vous vous auto-sabotez...

    Attention, pas d'inquiétude, cela nous concerne TOUS sans aucune exception. C'est normal, c'est ce qu'on nous a appris, et pour la plupart on nous a même appris que si nous ne nous efforçons pas à faire "comme il faut", nous n'aurons pas droit à notre part d'amour. Ca vous parle ?

    Or, l'Amour existe en permanence et en abondance. L'Amour est partout. L'Amour est la source de tout. Nous sommes tous Amour. Et il est temps de s'en souvenir. Car l'Amour, ce n'est pas à l'extérieur qu'on le trouve, mais en soi. L'Amour, c'est le regard que l'on porte sur soi et le monde. L'Amour, c'est l'accueil de ce qui est.

    La vraie question de cet article est :

    ES-TU PRÊT(E) À TE LIBÉRER DE TES PEURS POUR PERMETTRE LE CHANGEMENT ?

    Je voudrais préciser une chose, c'est que tout changement que chacun d'entre nous fait en soi, impacte le monde indubitablement.

    Vous ne me croyez pas ? Tentez-le, et vous verrez. Je vous en prie, écrivez-moi si vous ne le voyez pas. Cela m'intéresse grandement. Sachez que chaque personne que vous croisez risque d'être inspirée par ce que vous incarnez. Vous remarquerez que les personnes que vous avez l'habitude de côtoyer ne réagiront plus de la même manière. Vous commencerez à voir des choses en eux que vous ne soupçonniez pas auparavant. Vous apprendrez que certaines personnes font des choix similaires autour de vous. Vous rencontrerez de nouvelles personnes qui vous inspireront.

    Qui se lance ? Qui ose ?

    Oui, ça demande du courage. Parfois, oui. Mais... ça ne vous demande pas du courage, de continuer à vivre d'une manière qui ne vous permet pas d'exprimer entièrement qui vous êtes ? Personnellement, cela me demande moins de courage d'oser être moi que de rester dans quelque chose qui me freine et m'enferme. Il faut vraiment du courage pour accepter ce qui ne correspond pas à sa vérité personnelle. C'est à vous de voir. C'est vous qui savez.

    Contrairement à ce qui se dit, nous sommes TRÈS nombreux à incarner ce changement, beaucoup plus nombreux que ce que vous imaginez. Plus vous ouvrirez votre coeur, plus vous vous rendrez compte de cela. On peut d'abord avoir l'impression de s'isoler, puis on découvre qu'une grande famille nous attend.

    Je redemande : ES-TU PRÊT ???

    Oui ! Mais comment ?

    OSER REGARDER SES PEURS, OSER REGARDER SES OMBRES, S'AIMER TEL QUE L'ON EST.

    Oui. Mais comment ?

    En allant poser les questions tout au fond de ton coeur et de tes tripes, et en osant écouter les réponses. Tes pas se feront tous seuls, sous tes yeux, parce que tu sauras. Sur ta route, tu croiseras les personnes qui t'apporteront exactement ce dont tu as besoin. Tu suivras ta propre vérité. Tu écouteras ta propre sagesse. Tu verras la beauté inaltérable de ton être. Tu sentiras que tu es connecté à tout. Tu observeras que la vie te porte. Tu ouvriras ton coeur à tout ce que le monde t'offre, agréable ou désagréable, comme autant d'occasions de prendre conscience, de te libérer et d'aimer.

    Tu l'auras compris, le plus grand pouvoir que nous ayons à disposition, c'est l'AMOUR. Servons-nous-en ! Si chacun d'entre nous, du mieux qu'il peut, quand il le peut, se libère de ses peurs, de ses schémas et de ses croyances, alors croyez-moi, ça va faire des vagues ! N'oublie pas qu'une seule personne peut contaminer des dizaines, des centaines, voire des milliers de personnes ! C'est motivant, non ?

    Merci de garder espoir, merci de te souvenir que tu comptes, merci d'avoir confiance dans l'humain, dans la vie et dans la Terre, merci d'avoir le courage d'oser être toi.

    Chaque être est unique. Toi, qui me lis, tu n'as jamais existé auparavant et tu n'existeras jamais plus. Tu es précieux. Le monde a vraiment besoin de toi. C'est ensemble que nous créons le puzzle. Chacun sa fréquence, chacun son rôle, chacun sa part de vérité, chacun sa sagesse.

    Je me réjouis déjà de rencontrer ta belle lumière, ici ou là. L'élan profond de mon être, c'est de révéler et d'amplifier la lumière que tu es. Simplement parce que ce sont ces moments-là qui font chanter mon coeur. Et c'est si bon...

     

    Emanuela Carl, Prêtresse du nouveau monde

    Lire la suite

  • Le timing est parfait

    (voir la vidéo du chant médecine de la tortue, ci-après)

    La tortue n'est pas lente. Elle prend son temps. Elle prend le temps qu'il faut. Elle avance sûrement. Elle sait où elle va. Elle sait qu'elle y va. Elle a confiance.

    La tortue n'a rien à prouver. Elle fait avec ce qu'elle a. Elle fait avec ce qu'elle est. Elle est.

    La tortue est sereine. Elle se sent protégée. Sa vulnérabilité est évidente. Elle n'a rien à cacher. Elle se présente telle qu'elle est. Elle est présente.

     

    Après quoi cours-tu, toi? Pourquoi te dépêches-tu? Penses-tu arriver plus vite? Où veux-tu aller?

    Pose-toi là, deux minutes, à côté de moi. Oui, pose-toi. Là. Voilà. C'est pas bon, ça? C'est pas beau, ça? De quoi? Et bien, ça, là, tout ça, tout ce qui t'entoure. Regarde un peu. Oui, regarde. Regarde vraiment. Avec des yeux neufs. Avec des yeux malicieux. Vois-tu? Oui, ça donne envie de sourire. Souris-tu? Oui, ça donne envie de rire! Ris-tu? Et puis ça donne envie d'aimer. Aimes-tu? Tout cela, le monde, la Terre, les arbres, les barrières, les humains, les choses, les vents, les barrages, les ânes, les rivières, les arcs-en-ciel, les feuilles, les vers, les mots, les non... Tu les aimes? Est-ce que tu les aimes avec tes yeux? Est-ce que tu les aimes avec tes pieds? Avec ton estomac? Avec tes ongles? Est-ce que tes cellules les aiment? Regarde... Sens! Est-ce que tu dis oui à TOUT sentir? Est-ce que tu dis OUI? Est-ce que tu dis oui...

    Lentement mais sûrement

    ça prend le temps

    le temps que ça prend

    j'apprends

    attends

    entends

    comprends.

    C'est prenant, c'est marrant, c'est usant, c'est bouleversant.

    Et ça l'est tant!

    Le feu est ardent. On est dedans. Brûlant, tranchant, éclairant, transmutant.

    Quand verras-tu? Quand seras-tu?

    Ralentis. Reviens à l'intérieur. Chut! Silence, ça parle. Ton coeur qui bat. Patience, tu discerneras.

     

    Lire la suite

  • Quand un chant de l'âme me traverse

    Pour permettre à un chant de l'âme de me traverser, je lui dis oui de tout mon être. Je me rends disponible aux sensations. Je me pose. Je laisse mes pensées me quitter et je m'asseois au creux de mon coeur. Je me mets en état de réception et j'accueille en moi ce qui est là.

    Intérieurement, je demande à être connectée à une personne de mon choix. Je ressens.

    Quand mon souffle fait vibrer ma voix, c'est parti. Je laisse faire. J'observe ce qui se passe dans mon corps. Je vois des formes, des couleurs, des images. Ma voix dessine cela dans l'espace. Elle rend audible cette matière invisible et elle interagit avec elle. Le fait d'exprimer ce que je perçois crée du mouvement. Ca se transforme. Je suis les variations, je chante les mouvements, je vibre les couleurs, je laisse les paroles couler. Je me mets à disposition. Je traduis.

    Quand on écoute son chant de l'âme avec toutes ses cellules, on reçoit le câlin d'une mère. Une mère qui voit son enfant tel qu'il est, qui l'aime sans condition et lui transmet des messages essentiels. Une mère qui entoure, qui soutient et qui élève. Une mère qui libère de ce qui n'est pas amour.

    Une mère qui donne l'autorisation absolue d'être soi.

    Lire la suite

  • A nos enfants intérieurs...

    Une petite berceuse à tous nos enfants intérieurs... à ceux qui sont blessés, et à ceux qui sont innocents... et divins!

     
    Nous avons tous en nous cet enfant que nous étions au tout début. Cet enfant plein de vie, curieux, confiant, inspiré, joyeux et créatif.
    Nous avons tous en nous l'enfant qui, par la suite, a été blessé par la vie. Celui-là a eu peur de perdre l'amour de ses proches. Il a créé une "monnaie d'échange" pour gagner l'amour. Certains d'entre nous se sont efforcés d'être sages, d'autres serviables, d'autres forts, d'autres joyeux, gentils, agréables, intelligents, efficaces, beaux, etc. A vous de trouver le mot d'ordre de votre enfant blessé! Et de mesurer les conséquences gigantesques dans votre vie...
     
    Est-ce que je laisse l'enfant innocent en moi me dicter ma conduite? Est-ce que je lui permets de s'exprimer?
     
    Souvent, ce sont les voix dans notre tête qui prennent le dessus : "Tu vas être ridicule." "Ca ne se fait pas." "La honte!" "Qu'est-ce qu'on va penser de toi?" "Tu ne sais pas faire." "Les autres savent bien mieux faire que toi." "Quelle drôle d'idée." "Tu as des choses plus importantes à faire." "Tu feras ça quand tu auras fait tout ce que tu as à faire." "C'est une perte de temps." etc. la liste est longue! Je vous laisse écouter ce que vous disent vos voix. Toutes ces voix nous demandent de garder le contrôle. Mais contrôler quoi? Et selon quels critères? Aux dépens de notre authenticité! Est-ce vraiment cela que nous voulons?
    En réalité, ces élans que nous freinons véhiculent l'essentiel. Ce sont ces élans qui font que chacun d'entre nous est lui-même, que nous sommes tous uniques et singuliers. Et ce sont ces élans qui nous font vivre la joie!!! La joie de faire ce que, depuis toujours, nous adorons faire! Et loin d'être une perte de temps, c'est bien en suivant notre joie que nous prenons le chemin direct vers l'épanouissement de notre être. Qu'en pensez-vous? Ca vous dit?
     

    Réveillons notre plein potentiel en suivant notre joie!!!

    Parce que finalement, la seule raison de vivre, c'est de S'AMUSER !!!

    Et vous, qu'est-ce qui vous amuse le plus?
    Quel est le dragon qui garde férocement la porte de l'amusement incontrôlé? Celui qui vous empêche de laisser votre enfant intérieur s'éclater librement?

     

    J'ai eu l'élan de me laisser improviser une berceuse (vidéo ci-après). Ecoutez-là en vous connectant à vos enfants intérieurs et recevez les messages.

    A tous nos enfants intérieurs blessés :

    Puissent-t-ils trouver du réconfort, des ressources et de l'amour pour apaiser leurs blessures. Puissent-ils se souvenir de la beauté de leur âme et de l'Amour qu'il sont. Puissent-ils pardonner aux autres et à eux-mêmes. Puissent-ils aimer et recevoir l'amour pleinement.

    A tous nos enfants innocents :

    Puissent-ils avoir la confiance et la force de s'exprimer haut et fort pour reprendre leur place. Puissent-ils rayonner librement. Puissent-ils répandre l'amour de la manière qui leur apporte le plus de joie. Puissent-ils vivre tels qu'ils sont, sans aucune compétition. Puissent-ils être et nous rendre heureux.

    Que les dauphins de l'arc-en-ciel vous guident sur le chemin de l'innocence.

     

    Lire la suite